Interview : Jean-Luc Romero « Oui, je le pense », l’homosexualité pourrait être dépénalisée dans un état non laïc comme la Tunisie


On vous parvient pour cette journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie IDAHO une interview exclusive avec Jean-Luc Romero, un militant, depuis de nombreuses pour l’égalité homo/hétéro. Il fut le premier homme politique à être outé par un magazine gay, alors qu’il devait faire son coming-out quelques semaines plus tard dans un grand quotidien du soir. Il a combattu avec force pour que les propos homophobes soient pénalisés en France tout comme les propos racistes.

Il est le premier homme politique en France à avoir révélé sa séropositivité en mai 2002 dans un livre « Virus de Vie ».

Sur le plan politique, il est Conseiller régional d’Ile-de-France (apparenté Parti Socialiste) depuis 1998 et ancien secrétaire national de l’UMP et du Parti radical. Il est ancien président fondateur du parti politique « Aujourd’hui Autrement ».

Auteur de nombreux livres dont les deux derniers « Homopoliticus », sur l’histoire de l’Homosexualité et Politique en France et dans le Monde depuis 50 ans (sortie en mai 2011) et « Les Voleurs de Liberté » sur le combat d’une vie, sur la légalisation de l’euthanasie.

Il est Chevalier de la Légion d’Honneur, de l’Ordre National du Mérité et des Arts et des Lettres. Elu Politique de l’année 2001 par les lecteurs de VSD, il est aussi élu Gay de l’année 2011 par Yagg.fr

 

Photo par Franck Laguillez

Photo par Franck Laguillez

Gaydaymag : Si nous nous trouvions dans l’ascenseur d’un gratte-ciel, entre le rez-de-chaussée et le 100e étage, que me diriez-vous sur votre livre, Homopoliticus, avant que les portes ne s’ouvrent au sommet ?

ROMERO : Je vous dirai qu’il vous permet de comprendre la relation ambiguë qui existe entre la classe politique et l’homosexualité. J’aurai aussi le temps de vous préciser qu’en 50 ans, en France, on est passé sur la question de l’homosexualité d’un sujet tabou à un sujet électoraliste qui suscite aussi bien souvent des fantasmes !

Gaydaymag : Quelle a été la plus mauvaise critique ou le plus beau compliment que l’on vous ait fait, comme auteur ?

ROMERO : Je resterai positif… Les plus beaux compliments qui sont revenus souvent sont : « Votre livre m’a fait du bien. » « Votre livre m’a aidé à m’assumer »

Gaydaymag : Un documentaire est en cours de réalisation, je crois, qui met l’accent sur la question d’égalité dans la course présidentielle. La victoire de F. Hollande, ça affecte comment votre documentaire ?

ROMERO : L’élection de François Hollande change en effet pas mal de choses ! Mais ce changement, je ne vais évidement pas m’en plaindre tant le bilan de Nicolas Sarkozy est, comment dire pour ne pas être trop désobligeant, faible sur les droits LGBT … Très faible.

Gaydaymag: Comment peut-t-on se procurer de votre livre en Tunisie? Et votre documentaire?

ROMERO : Mon éditeur vient de faire faillite et donc, à mon grand regret, le livre n’est plus commercialité. Il peut juste se commander sur le site www.homopoliticus.fr

Mais j’ai bon espoir qu’il ressorte en novembre, en même temps que le documentaire avec une postface qui prendra en compte l’élection de François Hollande et je l’espère les premiers débats au Parlement français sur l’ouverture du mariage aux conjoints de même sexe.

Le documentaire sortira sur la chaine française LCP-AN et j’espère qu’il sera ensuite acheté par des chaines comme TV5-Monde.

Gaydaymag: Vous étiez en Tunisie en mois de Mars. Votre mission était de rencontrer des associations qui défendent les droits de l’homme et l’égalité. Qu’avez-vous conclu au bout de votre visite ?

ROMERO : Espoir, énergie, engagement, détermination, voilà les mots qui me viennent à l’esprit quand je repense à ces rencontres de militants. Ce que j’ai pu constater, c’est l’immense soif de réformes vers plus d’égalité, de respect de la dignité, de justice. Un soif totalement légitime et qui mérite concrétisation. Même si bien sûr il n’appartient pas àla France ou à l’Europe de s’immiscer dans les affaires intérieures du pays, nous pouvons être soutien quant aux réformes à engager et ce, afin que le printemps arabe débouche sur un bel été !

Gaydaymag : Avez-vous rencontré des représentants de l’Assemblé Constituante ou du gouvernement par intérim ?

ROMERO : Non, mon déplacement était essentiellement privé. Et hormis des militants, je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer d’élus.

Gaydaymag : François Hollande a affirmé qu’il déclenchera le débat sur le mariage entre couple de même sexe au début de l’année prochaine afin qu’il sera ouvert au printemps de la même année. Croyez-vous que la France va finalement joindre les rangs de ces voisins européens sur cette question ?

ROMERO : François Hollande a fait de cette question une priorité dans son programme de candidat. Il a été extrêmement clair là-dessus. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il fera de ce dossier une priorité de son action en tant que président dela République. Concrètement, je pense sincèrement que l’ouverture du mariage aux couples de même sexe en France pourra se concrétiser très rapidement si bien sûr, le président obtient, en juin, une majorité parlementaire!

Gaydaymag : Quels obstacles vous prévoyiez sachant que les sondages dévoilent que 63% des français sont en faveur de cette ouverture ?

ROMERO : Les obstacles ? A part certains groupes de pression, je ne vois pas d’obstacles ! Sous Nicolas Sarkozy, ces groupes de pression avaient beaucoup de poids ; je ne doute pas que cela change, et comme le vous le disais, rapidement ! Globalement, le mariage pour tous est bien l’illustration même du fait que les politiques sont sûrement plus frileux que leurs administrés. A un moment il faut savoir écouter la parole du peuple !

Gaydaymag : On remarque que Nicolas Sarkozy et la droite de façon générale justifie leur opposition à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe au nom des «valeurs». Cela nous rappelle la position que défend notre actuel Ministre des Droits de l’Homme et Justice Transitoire, Mr Samir Dilou, qui dit que l’homosexualité est une maladie qui doit être traité et ça permission est contre nos « valeurs, traditions et les lignes rouges de notre société », dit-il. Que vous inspirent ces propos ?

ROMERO : Je vais être extrêmement clair. Les propos que vous rapportez du ministre des droits de l’homme sont un appel non-dissimulé à la violence homophobe, tout au moins une justification à celle-ci. Ces propos sont inacceptables. Mais je ne voudrai pas seulement les condamner, ce que je souhaite surtout c’est que M. Samir Dilou puisse revenir dessus. Globalement, la question que je me pose est celle-ci : quelles sont ces  fameuses valeurs qui sont invoquées aussi bien par le ministre que la droite en France ? La famille ? Les traditions ? Moi ce que je souhaite mettre en avant comme valeurs ce sont des belles valeurs, pas des valeurs qui seraient utilisées pour justifier l’exclusion et la discrimination, pas des valeurs qui auraient pour conséquence de se recroqueviller sur nous-mêmes par peur de l’autre. Les valeurs que je veux promouvoir sont des valeurs d’ouverture à l’Autre, de solidarité, de justice, d’égalité, de dignité, des valeurs qui, me semble-t-il, permettent le vivre ensemble. Si l’on est d’accord avec ces valeurs, si l’on partage ces valeurs, alors soyons clairs : il ne peut en aucun cas exister de sous-citoyens, c’est-à-dire des citoyens avec moins de droits que les autres !

Gaydaymag : Vous croyez que l’homosexualité pourrait être dépénalisée dans un état non laïc comme la Tunisie ?

ROMERO : Oui, je le pense. Cette réforme ne devra pas être imposée mais elle finira par être comprise par les Tunisiens. Comprise et acceptée. Cela passe, je crois, par un réel volontarisme politique et une politique d’éducation à la vie affective et sexuelle, avec des séances où seraient abordées toutes ces questions. Vous savez je crois profondément que l’éducation et l’information sont une solution à beaucoup de choses. Encore plus sur l’homosexualité.

Gaydaymag : Comment expliquer vous le nombre restreint des députés et hommes politique qui font leur coming-out en France. Cela est-il une simple décision personnelle ou bien dépend-elle du climat politique général ?

ROMERO : Soyons francs : révéler son homosexualité dans le milieu politique reste un  acte courageux tant on sait que les réactions peuvent être négatives. Cela ne devrait pas être le cas, les élus politiques pourraient ainsi montrer l’exemple à nos concitoyens en faisant preuve de tolérance mais je vous le redis ça n’est pas le cas ! Récemment un député UMP a fait son coming-out. J’ai salué son geste. Moi, je voudrais vous poser la question : pourquoi tous les hommes politiques pourraient s’afficher à la une des magasines people avec leurs compagnes et pas avec leurs compagnons ? Sincèrement, je trouve que la question se pose !

Gaydaymag : Comment prévoyiez-vous qu’on peut lutter contre l’homophobie?

ROMERO : Je pense qu’il faut envisager deux axes de réponse à l’homophobie : d’une part l’éducation et la prévention, d’autre part la répression. Prenons la répression : en France, depuis quelques années, l’homophobie est réellement prise en compte sur le plan légal, via la reconnaissance de l’homophobie comme circonstance aggravante pour tel ou tel délit, le vote d’une loi sur la répression des propos homophobes etc. Cet axe est important car il représente la sanction étatique mais il ne doit pas être le seul. Au contraire. La réponse à l’homophobie, elle doit se faire principalement sur le plan de l’éducation. Ce n’est que comme cela que sera créé le cadre sociétal qui permettra à un homosexuel de vivre sa vie normalement, comme n’importe quel autre citoyen. Rappelons-nous quand même qu’un jeune homosexuel en France a 13 fois plus de risques de faire une tentative de suicide qu’un jeune hétérosexuel …

Gaydaymag : Vous avez eu des activités particulières pour le 17 Mai, journée internationale de lutte contre l’homophobie cette année?

ROMERO : Le 17 mai est une journée très importante. J’attends toujours de cette journée une mobilisation forte des politiques sur cette question car j’ai trop souvent l’impression que l’homophobie est perçue comme une discrimination ordinaire !

Personnellement, j’ai été évidemment fortement présent en étant, notamment, président d’un jury pour la remise des Prix “Le Refuge Institut Randstad – Initiatives contre l’homophobie et la transphobie” et bien sûr j’ai participé à de nombreuses émissions dans les medias pour rappeler l’urgence de lutter contre l’homophobie et plus globalement contre toutes les formes de haines et de discriminations

 

Comments
One Response to “Interview : Jean-Luc Romero « Oui, je le pense », l’homosexualité pourrait être dépénalisée dans un état non laïc comme la Tunisie”
  1. Derek says:

    Right here are some Farmville Sufgestions and Tricks to help you grow to be a
    Farmville tycoon in no time. The relationship amongst obtaining coins and leveling up hasn’t transformed too much but new characteristics have routinely appeared inn Farm – Ville.
    As soon as a cheat or exploit iis exposed, their programmers plug the hole
    so that we can’t take advantage of it.

What do you think?..

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: